S I N I K

Viens découvrir l'univers du rappeur du 91 Essonne, S I N I K
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chronique "La main sur le coeur"

Aller en bas 
AuteurMessage
Leydima
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11
Age : 25
Localisation : France
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Chronique "La main sur le coeur"   Mar 1 Juil - 10:46

L'écoute de ce premier album transpire le travail réfléchi. Le discours de Sinik ne fera pas forcément l'unanimité mais l'agencement des titres facilite l'immersion dans l'univers du rappeur des Ulis. Avec une entrée à thème (Une époque formidable et 2 victimes, 1 coupable), ensuite le ton monte sur trois titres jusqu�à l'ultra violence de Men in block. Avant de n'user l'auditeur, l'album retrouve son souffle avec Rêves et cauchemars avant de plonger dans une réflexion intimiste sur la prison. Un thème qu'il développe sur deux titres consécutifs mettant en exergue deux visions opposant le vécu intérieur et le regard extérieur de la famille. La fin de l'album fait ressortir l'artiste triste bien plus fort que le EP éponyme : Rue du paradis, Pardonnez-moi et Coeur de pierre donnent tout le sens à cette "Main sur le coeur".

Rapologiquement, on peut reprocher à Sinik de rapper avec un flow, certes personnel mais trop systématique. Il parvient néanmoins à faire de légères variations adoptant un ton plus posé (Coeur de pierre, Rue du paradis) ou un timbre crié sur Men in block. Néanmoins, entre vécu dur ("L'huissier m'appelle fiston parce que ce fils de pute m'a vu grandir") ou les anecdotes au parfum de goudron, on trouve toujours une phase à laquelle on peut s'identifier. C'est aussi souvent le cas sur les titres plus évidents comme Règlement extérieur, Viens ou Sombre.

Les moins fans du rappeur de 24 ans lui reprochent de tourner en rond, ils ont été entendus. Sinik développe une série de thème pas forcément originaux mais toujours (très) bien traités. Sur Coeur de pierre, on sourit à l'écoute de "L'amour est mort et que Wallen vienne me prouver que j'ai tord" qui répond à celle qui a dit non . Rue du paradis évoque le suicide de son frère cadet avec retenue alors qu'Une époque formidable retrace son arrivée aux Ulis jusqu'à la naissance du Malsain. Illusions juveniles, regards incrédules, débuts de rebellion et premiers jets sur papier y sont parfaitement retranscrits. Plus loin, Pardonnez-moi fait son auto-critique pour un morceau solide dont le refrain est assuré par Zoxea.

Avant de conclure, on regrette que Sinik ne fasse pas plus de story telling car il se révèle à l'aise sur 2 victimes, 1 coupable... A l'instar de "1980" de Diam's qui était une oeuvre très personnelle, "La main sur le coeur" de Sinik est un de ces albums qui parlent vraiment à l'auditeur. Le succès rencontré n'est finalement qu'une juste récompense pour ce rappeur dont le parcours underground est gravé sur vynil et bande magnétique.


http://www.lehiphop.com/chroniques/chronique429-sinik_la_main_sur_le_coeur.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leydima.skyrock.com
 
Chronique "La main sur le coeur"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Ta main à nos enfants" - Première écoute ...
» Chronique de " Exile on Main Street " (Rolling Stones)
» Michel Berger "l'étoile au coeur brisé"
» Skalpel"Chroniques de la guerre civile" New album
» Chronique enthousiaste par JEAN-WILLIAM THOURY dans "ROCK&FOLK"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S I N I K :: Sinik :: Discussions sur Sinik-
Sauter vers: